Interview de Mme Dominique AMON MOREAU, directrice de l'Antenne Locale du Conservatoire du Patrimoine Naturel de Champagne Ardenne, et de Mme Charlotte CRESPI, attaché scientifique chargée du département de l'Aube.

Propos recueillis par Corinne Cop et Daniel Coquin.

Mme AMON - MOREAU, ( à gauche )  et   Mme CRESPI,

 

 

Patrimoine Barséquanais : Quel est le rôle du Conservatoire du patrimoine naturel ?

 

C. CRESPI : Cette association de type loi de 1901 s'est donné pour mission de protéger les espaces naturels les plus remarquables de notre région. Elle regroupe 17 salariés spécialistes en environnement et 600 adhérents pour gérer 98 sites recouvrant 1300 ha.

Notre action consiste à recenser ces espaces et à établir pour les sites retenus, soit une convention de gestion en copropriété avec les communes, soit une location ou même l'acquisition, grâce au financement de l'état par la direction régionale de l'environnement, de l'Europe ( programme LIFE) de la région ou des conseils généraux.

 

P. B. : Quelles raisons vous ont conduit à vous installer à Bar-sur-Seine ?

 

C. CRESPI : nous avons installé nos bureaux depuis le mois de mai au 2 ème étage du Château de Val - Seine tout d'abord car la municipalité de Bar -sur-Seine a bien voulu nous fournir ces locaux et parce que nous nous trouvons ainsi en position centrale par rapport à nos sites sur l'Aube et la Haute-Marne.

 

 

P.B. : Quels projets avez-vous pour le Barséquanais ?

 

D. AMON-MOREAU : Les lieux les plus intéressants de la région sont les pelouses calcicoles . A la Cosvigne, par exemple, à Gyé-sur-Seine, sur une pelouse de 5 ha, on peut rencontrer la grande gentiane jaune qui vit d'ordinaire en montagne et une quinzaine d'espèces d'orchidées. Ces orchidées sauvages ont besoin de beaucoup de lumière. Si la zone est plus ou moins abandonnée et se reboise, elles disparaîtront. Il y a une grande pelouse sèche de 60 ha sur la région de Gyé et une autre petite à Bourguignons. Aux Riceys, au niveau de l'émetteur, on trouve le " lin des français ", une espèce protégée et nous avons aussi sur cette commune un bail sur une carrière à chauve-souris.

Nous participons également au programme européen sur les chauve-souris par la conservation des carrières, comme dans la région d'Arsonval, et nous attendons d'ailleurs, à Bar-sur-Seine, un chargé de mission sur la chauve-souris.

 

 

P.B. : Quelles actions pouvez-vous entreprendre pour faire connaître votre travail ?

 

C. CRESPI : D'abord bien faire comprendre, au cours de réunions dans les communes avec le conseil municipal ou les sociétés de chasse, que nous agissons avec eux sur la qualité du milieu et dans l'intérêt des populations et du gibier.

Il peut aussi être envisageable de créer des sentiers pédagogiques si nous pouvons trouver le financement.

Dans notre brochure " Rendez-vous avec la nature " et par voie de presse, nous diffusons nos projets de sorties et visites commentées de zones naturelles, un peu comme pour le parc du château de Val-Seine il y a quelques semaines.

Pour les scolaires, des visites guidées, hélas payantes, sont possibles à la demande.

Nous organisons aussi des " chantiers nature " où des bénévoles fournissent une main-d'oeuvre bienvenue par exemple pour la sauvegarde d'une banque de graines sur un secteur.

 

 Sommaire

Page d'Accueil