NOS EGLISES, DES MUSEES : l'exemple de Saint-Parres-les-Vaudes

Jacky Provence

 

 

Nous tenions à saluer la municipalité de Saint-Parres-les-Vaudes pour la remise en valeur de statues dans l’église. En effet, au cours du XXe siècle, à une date indéterminée, un certain nombre de statues se trouvèrent rangées ou plutôt « entassées » à droite en entrant dans la nef, derrière des panneaux de bois qui délimitaient l’espace entourant les fonds baptismaux.

A la fin du XIXe, le Chanoine Charles Nioré (B.M.V.R. Troyes, ms 3089, t III, f° 1135) en avait fait l’inventaire :

- au porche, trois statues de pierre du XVIe siècle : sainte Marguerite debout sur un dragon, saint Etienne et saint Jean-Baptiste portant un agneau.

- au chœur : une piéta du début du XVIe, une Vierge à l’Enfant du XIVe ou XVe siècle et, au-dessus de la porte de la Sacristie, un saint Michel terrassant un dragon, en bois polychrome (fin XVe ou début du XVIe siècle)

- sur les piliers qui supportaient une tribune : à gauche sainte Anne faisant lire la Vierge du XVIe siècle, à droite une sainte aux cheveux longs, tenant une palme de la main gauche et de deux doigts les grains d’un chapelet (fin XVIe).

- transept nord : saint Nicolas en pierre (XVIIe) et saint Sébastien (XVIe).

 

Aujourd’hui, outre les deux statues qui étaient toujours restées visibles (la piéta occupe la même place, l’archange saint Michel a été déplacé et posé contre le mur ouest du transept nord), nous pouvons redécouvrir un certain nombre de ces statues, reposées, pour quelques-unes, sur des socles neufs. Sainte Anne et la Vierge ainsi que la Vierge à l’enfant laissent même apparaître, sous une couche de badigeon blanc, une polychromie qu’il serait intéressant de retrouver.

 

 St Michel terrassant le dragon fin XVe début XVIe (Bois polychrome )

 

Sommaire

 

Page d'accueil